Alice in Nightmareland

Traversez le miroir et venez visiter The Nightmareland pour réaliser votre plus grand rêve...Voudriez-vous après en partir ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A Whole new world...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alysse

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

MessageSujet: A Whole new world...   Mar 3 Fév - 4:25

Après avoir entendu sonner minuit sur l’horloge du parc, une étrange structure de miroir était apparue sous mes yeux et ce, dont ne sait où.

S’il s’agissait d’un tour, il était drôlement bien exécuter. Sérieux, on n’avait pas lésiné sur les effets spéciaux. Le vieil adage dit : Prudence est mère de sûreté... Mais moi, je m’en fichais complètement de la sûreté, j’étais là, alors autant allé jusqu’au bout.

J’entrais dans ce que je pouvais apparenter à un palais des glaces, mais la décoration était bien mieux réussi que ceux des carnavals. Je marchais dans le long corridor, tripotant nerveusement la carte entre mes doigts. Le bruit de mes pas résonnait autour de moi et je peinais à m’orienter, mon reflet me suivait, peu importe la direction que je prenais.

Les miroirs déformants me revoyaient des doubles qui ne ressemblaient guère à l’original... Des cheveux châtains ici, des bleus électrique là. Des larmes de ce côté et des sourires d’un autre...

Ou peut-être bien était-ce les différents côtés de moi-même qu’il me montrait? Non, impossible. Un palais des miroirs, ça ne fonctionne pas ainsi...  

J’avais l’impression que je tournais en rond depuis des heures, à ne fixer que moi-même dans ce labyrinthe de classe. Je fixais ma montre bas de gamme.

L’heure s’était arrêtée à minuit et cinquante-neuf secondes. Ça ne pouvait pas faire moins d’une minute que j’étais à l’intérieur voyons!

Après avoir tourné à droite, j’aboutis à un cul-de-sac. Un seul miroir tapissait entièrement
le mur du fond, les deux autres étaient recouverts de tapisserie d’un noir d’encre. Étrangement, je ne me reflétais pas dans le miroir.

Au moment où je m’approchais pour inspecter l’étrange phénomène, quelque chose changea au niveau de ma vision périphérique. Je tournais la tête en direction de la tapisserie de gauche et des dessins stylisés décoraient maintenant le fond noir. Je reconnu facilement les dessins des cartes à jouer : Cœur, Carreau, Trèfle et Pique. Les quatre principales couleurs encadraient la tête d’un bouffon représentant le Joker.

Mais jamais je n’avais vu un bouffon avec un aspect aussi diabolique. Même le Joker de Batman aurait été envieux de ce «sourire».

Je ne pu m’empêcher de dire à voix haute :

-Mais c’est quoi cet endroit de malade?

Mon cœur faillit s’arrêter de battre et je sursautais lorsqu’une voix me répondit :

- Tu es là où tu as voulu être, Mary-Alysse...

Je me retournais lentement pour voir mon reflet qui était soudainement apparu dans le grand miroir et qui me souriait narquoisement. Un reflet quelque peu différent, ce dernier n’arborait pas ma chevelure platine méchée de bleu, mais bien mes cheveux naturels, d’un châtain moyen tirant vers le chocolat.  

Je fronçais les sourcils. Ça ne pouvait pas être mon reflet qui venait de me parler? Si?

- Pourquoi semble tu si surpris par mon aspect, je suis toi pourtant... La vraie toi, mais je te sens sceptique. Tu te demandes ce que tu fais là... N’as-tu pas fait un vœu dernièrement, souhaité quelque chose de tout ton cœur?

Les lèvres de mon double venaient en effet de bouger, mais la voix désincarnée semblait toujours provenir de mon dos, comme si on me chuchotait à l’oreille. Un long frisson parcourut mon échine. Je devais être en plein cauchemar...

La voix continua :

-Ce faisant, tu as ouvert les portes...

Je repris un peu sur moi et demandais :

-Les portes de quoi?

Un rire aigu que je n’aurais jamais pu émettre fit trembler les murs et la glace du miroir.

-Tu verras en temps et en heure... Si tu croyais que ta vie était un cauchemar, tu avais tort... Celui-ci ne fait que commencer...

Au moment où je fis quelques pas vers l’arrière, quelque chose de poisseux et d’invisible s’enroula autour de mes bras et je me sentis tirer vers l’avant, en direction de mon reflet.
La glace éclata en morceaux au moment même où je passais au travers, mais j’eu l’impression de traverser un rideau d’eau glacée et brûlante en même temps.

Je tombais longtemps et j’avais le cœur au bord des lèvres. Cette sensation de chute était étourdissante et me donnait mal au cœur. Je me sentis ralentir soudainement ralentir, mais je m’écrasais tout de même lourdement au sol, sur quelque chose d’un peu mou et solide à la fois...

Je me relevais péniblement, mais mes jambes tremblèrent et  me laissèrent retomber au sol. Je penchais ma tête entre mes genoux pour tenter de faire disparaitre la nausée et ce n’était pas gagné.

Lorsque la tête cessa de me tourner, je levais les yeux et je restais horrifié... Je n’étais pas tombée sur quelque chose, mais bien sur quelqu’un! Je m’exclamai entre mes dents :

-Ah ben merde...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikahide
Admin
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 28/01/2015
Localisation : Entre deux champignons

MessageSujet: Re: A Whole new world...   Mar 3 Fév - 18:23

Ma main glissa le long des parois, son reflet exécutant la même gestuelle de façon toute aussi silencieuse. Mes doigts appuyèrent sur la surface froide, cherchant un bouton, une poignée, une fissure, une sortie. Être dans un palais des glaces en plein milieu de la nuit n’arrangeait pas les choses quand on voulait en finir au plus vite et rentrer.

« C’est bizarre, on dit toujours qu’il faut toujours aller à gauche dans un labyrinthe…ou peut-être à droite… Ah ! Je sais plus ! »

Mes mains se frottèrent entre elles, essayant de réchauffer l’extrémité des doigts, j’avais peut-être choisis le mauvais jour pour partir en exploration, après une après-midi de pluie, le temps était encore humide surtout qu’il y avait une petit brise qui s’engouffrait dans les couloirs vicieusement ressemblant.

Mes pieds continuèrent leur chemin hasardeux, allant tantôt à droite tantôt à gauche, faisant demi-tour, tournant sur moi-même jusqu’à que je me cogne à une vitre. Je me frottais le nez ou une perle de sang coula, avant de m’assoir, fixant mon reflet.

« Il y a un temps limite avant qu’on vienne me chercher ? Si je reste là, c’est bon ? »

Ma voix résonna dans la pièce, une voix plus aiguë qu’elle n’aurait dut l’être à cause du stress s’engouffrant doucement dans mon esprit. Je  pliais mes genoux, me servant du miroir pour voir si mon nez était toujours aussi rouge, j’essuyais le reste de sang avec ma manche. Mes doigts glissèrent vers les fils de coutures rouges sur ma lèvres, je souris, repensant au jour où j’étais revenu à l’orphelinat avec ma bouche enflée, en sang comme la couleur des fils. Comment les femmes avaient réagis, prenant un visage d’écœurement, comment les autres pensionnaires me regardaient, me traitant de fou… Et il est arrivé, avec une poche de glace, et quand il l’a posé sur ton visage tu t’es mis à rire quand il t’a juste demandé :

« Tu as mal ? » dit une voix grave en face de moi.

Je relevai mon visage avant d’écarquiller les yeux, fixant mon reflet en fronçant des sourcils, je levai ma main et mon double fit de même, je tirai la langue, idem de l’autre côté du miroir. Je soupirai en me relevant.

« Voilà que j’entends des voix, bon… la sortie ! »

Je repris ma route, mettant ma main devant moi pour éviter de finir avec le nez cassé et une bosse sur le front. Voir ces reflets était amusant, intriguant et en même temps effrayant, tous ces yeux qui me suivaient, je me mis à marcher plus vite. Un craquement se fit entendre derrière moi, je me retournais mais ne vis rien, mettant une main sur mon torse, j’écoutais mes battements de cœur.

« Il n’y a personne, je suis tout seul ! Je parle aussi tout seul… Mais c’est un détail… »

Je me remis en marche, tournant à droite avant de fixer un cul de sac, mon propre reflet qui me fit frémir quand il ouvrit la bouche dans un sourire mauvais.

« Je rentre toujours tout seul, j’espère toujours me perdre sur le chemin du retour. »

Je reculais, rencontrant un mur qui n’y était pas avant. Je me retournais et vis un autre reflet en train de pleurer.

« Je ne veux rien voir, mais je veux tout savoir ! » Dit-il en levant son regard, les yeux rougis par les larmes.

Mes jambes se mirent à trembler, je tendis mes mains vers le côté, attrapant un rebord, je me mis à courir dans le labyrinthe, mettant mes mains sur mes oreilles, essayant d’étouffer le bruit le plus possible.

« Ses mains sont si chaleureuses ! »

« Tu n’as pas à pleurer ! »

« Je n’ai pas de visage s’il ne me regarde pas ! »


Mon regard se portant vers des visages de plus en plus déformé avant que de la lumière se fasse voir au fond du couloir. Je pressais le pas de course, devant moi se trouvait un étrange miroir, non... plus une vitre vers un mystérieux extérieur. Je tendis ma main, pensant arriver vers la fin du cauchemar quand mes pieds rencontrèrent le vide, je chutais dans un gouffre, une trappe, un tunnel sans savoir ou j’allais atterrir et quand. J’essayais d’attraper un rebord, une prise dans ma chute mais mes doigts ne touchèrent que le vide. Je fermais les yeux, attendant ce que je pensais être la fin de ma courte existence.

J’ouvris de nouveau mes yeux, doucement, clignant des paupières en m’asseyant, ma chute n’avait pas été trop douloureuse. Je regardais autour de moi, fixant ce qui semblait être une ville aux allures européennes… À Tokyo ? Mon regard se porta devant moi, l’entrée ou plutôt la sortie du palais des glaces… Mais… Je n’étais pas tombé dans un trou ?
Qu’est-ce qui s’était passé dans le palais des glaces, qui étaient ces personnes ? Moi ?
Je me relevais, fixant les alentours, il n’y avait personne… Quoi que…Ce n’était pas une ombre au loin qui s’avançait vers moi ?
Je mis ma main en visière en me penchant, commençant à discerner les traits de la personne quand quelque chose s’écrasa contre mon dos, me faisant tomber la face en avant.  J’essayai de bouger rapidement mais la chose sur mon dos m’empêcher de me retourner.

« Ah ben merde... » Fit une voix féminine dans mon dos.

« Tu es un peu lourde… » Soufflais-je avant qu’elle ne s’enlève, je roulais de côté, fixant la personne au physique assez banale. Je m’assis, me massant les genoux qui avaient été les premiers à souffrir de cette horrible mésaventure avant de me relever, époussetant mes vêtements. Je la regardais en approchant mon visage du sien. Elle n’était pas si mal, elle était même jolie pour une fille qui m’était tombé dessus.

« Comment tu t’appelles ? » Demandais-je avant de me redresser, me rappelant qu’on ne parlait pas tous japonais dans le monde.

« Ah ! Tu comprends le japonais ? Tu viens d’où ? On est où d’ailleurs ? »

J’entendis un bruit de pas et me retournais, fixant la fameuse personne de tout à l’heure se rapprocher, habillé d’une cape il s’avançait calmement vers moi et la fille qui m’était tombé dessus. Une fois à notre niveau, le visage caché par sa capuche, il fit une révérence digne d’un drama…

« Bienvenue Alices, je suis Styx  Le passeur. Avez-vous chacun votre carte à jouer ? »

Je me penchais, essayant de voir son visage sans succès. Je sortis l’enveloppe avec la carte ou était griffonné mon vœu.

« Je m’appelle pas Alice… mais j’ai une carte, ça marche quand même ? »

Mon regard se tourna vers la jeune fille, la fixant avec de gros yeux ronds.

« Toi aussi tu as reçu ça ? » Dis-je en levant ma carte.

L’homme sans faire attention à ce que je venais de dire dit d’une voix claire.

« Bien chaque vœu est répertorié dans une catégorie générale qui détermine le royaume dans lequel vous allez appartenir, Mademoiselle  vous êtes dans le Royaume de Joker et vous Monsieur, dans celui de Carreau. Je vais vous guidez à présent, veuillez me…»

Il alla continuer son monologue mais se tut, faisant un pas de côté et encore une fois sa révérence vers une autre ombre qui s’approchait. Je reculais d’un pas, me mettant à hauteur de la fille... par sécurité.


Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Chikahide le Jeu 12 Fév - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absolem

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/12/2014
Localisation : Royaume de Carreau

MessageSujet: Re: A Whole new world...   Mar 3 Fév - 21:43

Les ruelles étaient tantôt étroites, tantôt larges, se déployant sans logique en un véritable casse-tête architectural. Il y régnait parfois une atmosphère fiévreuse propre aux tribulations des habitants de Nightmareland. Pourtant, en ce jour qui se mourait au profit de la nuit, c’était une pâle lueur qui embrassait la ville sous un voile crépusculaire. Le sifflement du vent balayait les rues quasiment silencieuses, nourrissant les superstitions les plus folles. Et ce n’était pas le pas discret et furtif du promeneur vespéral qui allait le briser si aisément. Ce dernier se déplaçait sans hâte, son ombre se découpant sur les murs avec une lenteur telle qu’on l’aurait dit calculée. Une vague odeur boisée le suivait, mêlée à une fragrance plus entêtante.

On aurait pu ne pas faire attention à lui, sa petite taille le rendant assez discret. Pourtant, l’individu était tout sauf discret. Rien que son apparence détonnait avec les passants qui fréquentaient habituellement la ville. Enveloppé dans ses vêtements de soie, il avançait avec aisance et confiance. Pourtant, il détestait venir en ville. Il n’y mettait les babouches que lorsqu’il ne pouvait faire autrement. Et Aujourd’hui faisait partie de ces jours où il ne pouvait l’éviter.

Il y avait bien d’autres façons d’expliquer la mystérieuse présence de la Chenille, le trafiquant d’opium, en ces lieux, mais pour l’heure, il pestait intérieurement de ne pas pouvoir regagner sa forêt. Cette fois-ci, c’était à la demande de la Duchesse qu’il était venu. Absolem refusait rarement quoi que ce soit à la Duchesse, bien qu’il la fasse parfois languir, par pur esprit de contradiction. En l’occurrence, il s’était déplacé en personne pour promouvoir le restaurant de celle-ci auprès des habitants de Nightmareland et surtout donner son appui de chef de clan. Après tout, c’était l’une des sources de revenu principales de son royaume.  

Alors qu’il remontait la rue principale, il passa devant le palais des glaces, soit l’une des idées qui ne figurait certes pas parmi les pires du Chapelier fou mais qui avait tout de même sa place sur le podium. Du moins, selon la Chenille.

Il s’approcha en entendant des voix, mue par une curiosité naturelle qui reflétait fort bien sa soif de savoir.

« Je vais vous guidez à présent, veuillez me…»

Dissimulé par l’ombre du soir tombant, Absolem observa un moment les trois silhouettes, dont l’une se détachait très nettement par rapport aux deux autres : Styx, le passeur. Toujours encapuchonné, il n’avait jamais jugé bon de changer d’apparence pour effrayer un peu moins les Alices fraîchement débarqués à Nightmareland. L’idée qu’il pouvait leur faire peur ne devait même pas lui traverser l’esprit. A moins qu’il en soit pleinement conscient et qu’il en joue par pur sadisme. C’était probable aussi. Tout était possible à Nightmareland.
Comme s’il avait perçu sa présence, le passeur s’interrompit pour une révérence. Il était bien plus grand que le trafiquant, ce qui rendait la situation assez singulière.

« Maître Absolem », déclara pompeusement Styx, qui s’auréola de mystère comme il s’emmitouflait dans sa cape. Il appelait chaque dirigeant de royaume ainsi, n’affichant aucune forme d’alliance. Ou alors, il la dissimulait plutôt bien. « Il est rare de vous voir en ville », lança t-il, peu soucieux de masquer sa suspicion.

Absolem étouffa un grognement et il s’intéressa alors aux deux Alices qui semblaient un peu désorientés, comme tout Alice arrivant dans ce monde. Ses yeux ambrés s’arrêtèrent un instant sur la jeune fille. De longs cheveux tantôt balayés par le vent, dont le souffle glacé venait jouer avec ses mèches, et de grands yeux expressifs, de quoi rappeler au trafiquant un autre temps. Un temps révolu. Un temps tué.  

« Elle lui ressemble tant, sans lui ressembler du tout. N’est-ce pas, Styx ? », demanda t-il d'une voix nostalgique au passeur sans quitter des yeux la fille.« Je ne saurais dire si c’est une bonne ou une mauvaise chose. »

Styx se contenta de tourner la tête vers la jeune fille. Les paroles d’Absolem demeurèrent en suspens, tel un message sibyllin.

Alors, son regard glissa sur l’autre silhouette. Sur le coup, il ne parvint pas à déterminer s’il s’agissait d’une fille ou d’un garçon. Il lui fallut quelques minutes d’intense réflexion. Après tout, cela n’avait guère d’importance. Une autre chose en avait, cependant. Dès qu’il darda son œil sur ce petit punk, il sut le genre de vœu que le garçon avait formulé, parce qu’il était le plus à même de déceler ce genre de choses. Il lut instantanément au fond de ses prunelles grises le désir de connaissance. Le savoir promis par le royaume de Carreau.
Il le fixa sans ciller d’un regard lourd et trop fixe, dont le sens était impossible à déchiffrer. Peut-être n’y en avait-il pas, tout simplement. Finalement, la Chenille esquissa un sourire. Un sourire sans la moindre once de chaleur.

Le trafiquant libéra le regard du garçon. Il jeta de nouveau un œil à la fille, dont il ignorait le vœu. Il était cependant certain qu’elle ne recherchait pas le savoir mais autre chose. Il se tourna alors vers Styx, mais il se doutait que ce dernier ne le lui révèlerait pas.

Un soupir gagna ses lèvres, alors qu’il sortait sa pipe de sa longue manche, comme un magicien sort un lapin de son chapeau. Il alluma la pipe, la porta à ses lèvres. Il prit le temps d’inspirer une bouffée de fumée et de l’expirer très lentement. Absolem avait le don, où qu’il aille, de suspendre le temps simplement par son attitude. Il n’avait jamais l’air pressé de rien et faisait sans cesse attendre son monde, comme si ce dernier n’attendait finalement que lui pour tourner. Pas sûr qu’il tourne très rond, cela dit…

« Bienvenue à Nightmareland », laissa t-il tomber mollement avant de les regarder tous les deux, sans vraiment les voir.« Si ignorants, encore. Si fragiles », ajouta t-il plus pour lui-même.

Il désigna d’un geste vague les rues, avant de s’accouder nonchalamment contre une façade. Il ne s’était pas présenté à ses interlocuteurs, car il ne le jugeait pas nécessaire. Une information ne devrait jamais être divulguée trop facilement, c’était l’un des principes d’Absolem.

« Ici commence un long cauchemar, mais si vous êtes prêts à aller jusqu’au bout pour réaliser votre vœu, celui-ci sera exaucé et vous vous en sortirez. »

« Peut-être », ajouta sournoisement Styx avec la plus grande franchise.

Un mince sourire étira les lèvres du trafiquant.

« Je n’aurais pas mieux dit, passeur. »

_________________
Ma Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alysse

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: A Whole new world...   Jeu 5 Fév - 17:38

J’étais tombée sur… Je dû y réfléchir à deux fois avant de me faire à l’idée qu’il devait surement s’agir d’un garçon… Une fille avec une poitrine aussi plate, c’était quasiment impossible.
Il approcha son visage du mien, sans doute pour mieux me regarder, mais je me reculai subtilement. Je détestais lorsque quelqu’un entrait dans ce que je considérais comme étant mon espace vital…

« Comment tu t’appelles ?  Ah ! Tu comprends le japonais ? Tu viens d’où ? On est où d’ailleurs ? »

Trop de question en même temps! Je n’eu pas le temps de répondre à l’une qu’il en reposait d’autre. Le pire, c’est que je n’avais pas les réponses au trois-quarts de ses questions. Je compris soudainement. Je ne parlais pas japonais et lui non plus d’ailleurs… Pour moi, il parlait un français parfait. Cet étrange endroit faisait-il en sorte qu’on puisse communiquer même si on ne venait pas du même pays?

Je cessais de dévisager le garçon lorsque j’entendis des bruits de pas. Il semblerait que je n’étais pas la seule à les avoir entendus d’ailleurs. Un homme de très haute stature, recouvert d’une longue cape s’approchait de nous dans un pas feutré. Sérieux, il croyait effrayer qui avec ce genre de déguisement à la Voldemort? Il s’inclina devant nous, comme si on était des personnages importants.

« Bienvenue Alices, je suis Styx Le passeur. Avez-vous chacun votre carte à jouer ? »

Je sentais qu’il disait Alice au pluriel... Ce n’était donc pas par rapport à mon nom. Alice… ça me disait quelque chose, mais j’étais encore secoué par l’arrivé dans cet endroit étrange que je n’arrivais pas à me rappeler quoi. Je sortis la carte de ma poche de jeans, elle était un peu froissée après avoir passé la journée là, mais bon, elle était toujours lisible.

« Je m’appelle pas Alice… mais j’ai une carte, ça marche quand même ? »

Toi non, mais moi oui… Et j’avais aussi la carte.

« Toi aussi tu as reçu ça ? »

Il me fixait avec des yeux ronds. Je lui montrais l’endos de la carte. Il était pas obligé de savoir ce que j’avais souhaité..

« Bien, chaque vœu est répertorié dans une catégorie générale qui détermine le royaume dans lequel vous allez appartenir, Mademoiselle vous êtes dans le Royaume de Joker et vous Monsieur, dans celui de Carreau. Je vais vous guidez à présent, veuillez me…»

Royaume? C’était quoi encore cet histoire? Plusieurs royaumes, donc plusieurs sortes de vœux? Ça devait être quelque chose comme ça…

Au moins, il avait la décence de nous expliqué en parti comment cela fonctionnait, même si j’avais juste envie de l’interrompre et de lui demander comment on avait bien pu atterrir ici.

Il s’arrêta de parler, alors que ça devenait intéressant. Il s’inclina vers les ombres et je remarquais une silhouette qui venait d’apparaitre. Ça devait être quelqu’un d’important pour que ce type cesse de parler, parce qu’il fallait avouer qu’il semblait beaucoup apprécier le son de sa propre voix, juste à voir comment il avait ignoré l’autre garçon.  

« Maître Absolem . Il est rare de vous voir en ville » lança-t’il d’un ton douteux, comme s’il souhaitait flatter son interlocuteur.

Soudainement, je me souviens. Absolem… Ce n’était pas dans Alice au Pays des merveilles? Le nom
Alice que le type à capuche nous avait donné correspondait aussi… Mais mon entré dans ce monde, n’avait pas été merveilleuse comme celle de la gamine blonde à robe bleu de Lewis Carroll. Au contraire, ça avait été plutôt chaotique et, il fallait l’avouer, terrifiant.  

Le regard d’Absolem se posa sur moi et je me sentis mal-à-l’aise. Est-ce que j’avais déjà dit que je détestais être fixé de la sorte?

« Elle lui ressemble tant, sans lui ressembler du tout. N’est-ce pas, Styx ? Je ne saurais dire si c’est une bonne ou une mauvaise chose. »

Qu’est-ce qu’il voulait dire par là? Les yeux invisible du Passeur se posèrent aussi sur moi et je commençai à me dandiner sur place. C’était trop.

Arrêter bon sang, vous me fait peur à me fixer comme ça!

Et puis, sans réellement prévenir, son regard changea de direction pour fixer le garçon, de ce même genre de regard qui vous transperce, sans pour autant que vous réussissiez à comprendre ce qu’il recherche. Je me détendis immédiatement, un peu plus et je ne sais pas ce que j’aurais fait.

Après son inspection minutieuse de l’adolescent, je sentis son regard revenir brièvement sur moi, mais je préférais regarder ailleurs. La ville où nous nous trouvions était particulièrement étrange, comme s’il n’avait pas eu de schéma précis lorsqu’elle avait été construite. Et elle semblait s’étirer au loin, comme une toile d’araignée trop étendue.

Absolem sortit une pipe de son vêtement, asiatique assurément, et commença à fumer, comme si de rien n’était.

Je n’étais pas très patiente en temps normal, mais je préférais me taire plutôt que de faire savoir ce que j’en pensais…

« Bienvenue à Nightmareland. Si ignorants, encore. Si fragiles »

Il semblait plus parler pour lui-même. Nightmareland… Au moins, j’avais pratiquement eu raison avec cette histoire de Wonderland. J’étais bel et bien tombé dans le trou du lapin blanc, ou du lapin couvert de sang dans ce cas-ci.

Il désigna les rues, mais je n’y prêtais pas attention, trop concentré à le dévisager à mon tour. Je savais où j’étais, je savais approximativement où je devais aller, dans ce royaume du Joker ou je ne sais pas quoi. Mais je voulais savoir pourquoi j’étais ici et surtout, comment j’avais pu y atterrir.

Je n’étais pas trop le genre de fille à croire au conte de fée, au monde imaginaire ou parallèle. Alors tout cela me dépassait. Au moins, personne n’allait réellement s’inquiéter de mon absence, du moins pas tant qu’il n’aurait pas dégriser, ce qui ne se passait qu’une fois au dix ans…

« Ici commence un long cauchemar, mais si vous êtes prêts à aller jusqu’au bout pour réaliser votre vœu, celui-ci sera exaucé et vous vous en sortirez. »

« Peut-être », ajouta sournoisement Styx avec la plus grande franchise.

« Je n’aurais pas mieux dit, passeur. »

Bon c’était rassurant… On n’était même pas assuré de pouvoir sortir d’ici. Au moins, cet Absolem était sincère et direct dans ses propos, quoiqu'il semblait s'amuser à laisser planer un mystère, comme s'il fallait découvrir le reste par nous-même. Je fixais le garçon quelques secondes. Alors lui aussi avait fait un vœu et il voulait le voir se réaliser. J’étais curieuse de savoir quel genre de vœu il avait bien pu passer…

Je tournais mon regard en direction du Passeur. Le fixer ne me dérangeais pas trop, puisque je ne pouvais apercevoir son visage, je l'interrogeais, lui ainsi qu'Absolem:

-Vous le faites exprès de nous laisser dans le vague ou ça vous amuse?

Mais avant qu’il ne puisse répondre, je l’interrompis :

-Mais avant que vous me répondiez, parce que moi aussi j’ai des questions, je vais répondre à lui, parce qu’il me les a posées bien avant que vous arriviez.

Je savais que j’étais effrontée, mais c’était comme ça. Je disais simplement les faits. Je me tournais légèrement en direction de l’adolescent et je répondis d’une traite :

-Je m’appelle Mary-Alysse, mais je déteste ça, alors tout le monde m’appelle Alysse, avec un «y» et deux «s». Non, je ne comprends pas le japonais. Je parle français et je viens du Canada et pour moi tu parles français. Pour ce qui est d’où on est, je crois que ce monsieur-je pointais subtilement Absolem- t’a déjà répondu…

Je repris mon souffle et je me tournais en direction du passeur, tout en ignorant Absolem qui ne m’inspirait pas réellement confiance, même si je ne faisais instinctivement confiance à personne :

-Bon à vous…

J’eu l’étrange sentiment qu’il devait sourire sous sa cape. Je devais sans doute est folle ou être en train de le devenir.

-Pourquoi on est ici?

Il répondit simplement :

-Parce que vous en avez fait le vœu, mademoiselle.

Super, c’était fou comme ça m’éclairait. Je fis la moue et soupirais. Je demandai simplement:

-Où se trouve le royaume du Joker?

Je n’avais pas vraiment envie de faire le chemin avec cet homme. J’étais capable de me débrouiller seule. Je l’avais toujours été et j’avais toujours réussi à m’en sortir de toute façon. Surtout, rester en compagnie d’un homme trop longtemps m’insupportais…  

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikahide
Admin
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 28/01/2015
Localisation : Entre deux champignons

MessageSujet: Re: A Whole new world...   Jeu 12 Fév - 14:20

« Maître Absolem. Il est rare de vous voir en ville »

Je fis un pas de côté, essayant de voir correctement le nouvel arrivant… Quii était moins imposant que ce à quoi je m’attendais…
Et puis Absolem…Quel drôle de nom pour un homme qui semblait habillé dans l’esprit asiatique.
J’haussai les sourcils.. Qui appellerait son enfant Absolem ?

En plein dans mon interrogation, je remarquais désormais que les deux hommes fixaient la jeune fille qui m’était tombé dessus, elle n’avait d’ailleurs pas trop l’air vexée par le fait que je l’avais traité en quelques sortes…De personnes lourdes…. Je tournais le regard, décidant de faire de même. Je n’agissais pas toujours comme un mouton mais ça devait être gênant d’être fixé de toute part donc autant m’amuser avec elle.

« Elle lui ressemble tant, sans lui ressembler du tout. N’est-ce pas, Styx ? Je ne saurais dire si c’est une bonne ou une mauvaise chose. »

Ma curiosité touchée en plein cœur, je tournais le regard vers le fameux Absolem, la fille ressemblait à qui ? Et pourquoi l’autre avait une capuche ? Il ne pouvait pas l’enlever ? Il savait que c’était mal poli et vraiment étrange de cacher son identité ?

Et l’inspection passa de la jeune fille à moi avec le regard du fameux Absolem… D’ailleurs, il avait d’étranges yeux… C’était des lentilles ?
Je me retins de poser la question, essayant de supporter le regard mais je tournais finalement la tête. C’était comme quand je me faisais interroger à l’orphelinat quand je faisais un sale coup… Ce regard qui veut exactement dire que la personne en face de soi sait tout de ce qu’il s’est passé mais elle ne dira rien, elle veut juste que l’on avoue notre bêtise seul.
Je n’aimais pas ce genre de regard donc j’attendis en croisant mes mains derrière mon dos, fixant les alentours pour essayer de voir s’il y avait d’autres personnes dans cette ville.

Une fois qu’Absolem soupira et sortit sa pipe de sa manche, la posant sur ses lèvres. C’était absolument normal de fixer deux personnes puis de faire comme si de rien n’était dans cette ville ? Il faudrait que j’essaye pour voir… Non, je dois rentrer !

« Bienvenue à Nightmareland. Si ignorants, encore. Si fragiles »

Nightmareland, j’essayais de le prononcer doucement mais les deux première syllabes se mélangeait dans ma bouche, je n’aimais pas l’anglais et l’anglais ne m’aimait pas donc mon intention de le prononcer s’effaça pour que mon regard fasse encore le tour, s’attardant sur les fenêtres, essayant d’apercevoir une ombre ou une lumière.

« Ici commence un long cauchemar, mais si vous êtes prêts à aller jusqu’au bout pour réaliser votre vœu, celui-ci sera exaucé et vous vous en sortirez. »

« Peut-être » Ajouta Capucheman… Celui-là, je ne l’aimais pas du tout, je paris qu’il cachait un visage effrayant ou bien pire…

« Je n’aurais pas mieux dit, passeur. »


Ils avaient l’air de très bien s’entendre ces deux-là, mais leurs conversations ne devaient pas être très amusantes, autour d’un verre… ou une tisane…Capucheman avait plus l’air de quelqu’un qui buvait une tisane sur son vieux canapé, lisant un roman à l’eau de rose en caressant son vieux chat qui s’appelait Edgard… Ou Félix… Parce que certaines personnes n’ont pas d’imagination…

« Vous le faites exprès de nous laisser dans le vague ou ça vous amuse? »

Je relevais mon regard, me souvenant que j’étais accompagné… Ah, oui ..Comment on sort d’ici ? Ou comment on rentre chez nous ?

« Mais avant que vous me répondiez, parce que moi aussi j’ai des questions, je vais répondre à lui, parce qu’il me les a posées bien avant que vous arriviez. »

Elle a de la répartie cette fille, elle se tourna vers moi et je la fixai. Enfin quelqu’un qui allait répondre à mes questions !

« Je m’appelle Mary-Alysse, mais je déteste ça, alors tout le monde m’appelle Alysse, avec un «y» et deux «s». Non, je ne comprends pas le japonais. Je parle français et je viens du Canada et pour moi tu parles français. Pour ce qui est d’où on est, je crois que ce monsieur t’a déjà répondu… »

Je la regardais reprendre son souffle, se tournant vers les deux hommes. Je mis mes mains dans mes poches, avant de sentir un objet que je connaissais trop bien.

« Bon à vous… »

Je sortis mon portable, tapant un numéro et attendant les tonalités. Rien, il n’y avait pas de réseau ? Ah, ça voulait dire que je n’avais pas internet non plus ? Mais j’allais faire comment pour prévenir les autres ? Un pigeon voyageur ? Je rangeais mon objet électronique inutile et m’approchais du trio, la fille… Alysse~chan avait l’air la plus exaspérée.

« Pourquoi on est ici ? »

Personne ne semblait me remarquer donc je tournais les talons vers la sortie du palais des glaces, essayant de pousser la porte avec mes bras aussi fins que des fils de fer. Je ne pouvais à l’évidence par revenir par ce côté… Mais d’ailleurs… Comment j’avais pu tomber dans un trou vu que la sortie est sur la terre ferme ? Cela manquait clairement de logique…

« Parce que vous en avez fait le vœu, mademoiselle. »

Je retournais vers le trio, la fille manquait de plus en plus de patience.

« Où se trouve le royaume du Joker ? »

Je fis des lunettes avec mes doigts, observant l’environnement avant de poser mes yeux vers Absolem.

« Vous êtes qui ? Il vous a appelez Maitre mais je ne pense pas que ça a la même signification que chez moi… Au fait, si on n’arrive pas à réaliser notre vœu, il se passe quoi ? »

Ma question me parut résonner trop fort à mes oreilles, peut-être parce que j’avais parlé pendant que le silence régnait ou…parce qu’au fond, je craignais un peu de savoir.

«C’est pas comme si on allait mourir mais voilà, j’aimerais bien rentrer assez tôt… »

Ils avaient un peu l’habitude que je disparaisse sans prévenir mais je me faisais toujours gronder au final, si je pouvais éviter une énième dispute.. Ça serait bien.
Mes lunettes se portèrent vers l’homme encapuchonné même si ma question n’était pas vraiment à son encontre.

« Qu’est-ce qu’il y a de différent entre le Royaume de Joker et celui de Carreau ? Ou se trouve celui de Carreau d’ailleurs ? Et je suis vraiment obligé d’y aller ? »

Enfin, je détachais mes doigts, regardant de haut en bas la jeune fille tout en m’étirant, cette journée avait été incroyablement longue...

« Alysse~chan, c’est ça ? Je suis Hide. »

Je mis mes mains sur mes hanches, fixant l’homme encapuchonné.

« Bon, c’est par où le Carreau ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absolem

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 12/12/2014
Localisation : Royaume de Carreau

MessageSujet: Re: A Whole new world...   Sam 14 Fév - 16:04

« Vous le faites exprès de nous laisser dans le vague ou ça vous amuse? »

Absolem haussa les épaules, tandis que Styx demeurait muet. Certaines personnes n’avaient pas de talent pour la conversation. Enfin, même s’il avait voulu en placer une, la jeune fille ne lui aurait sans doute pas laissé le temps, puisqu’elle poursuivit :

« Mais avant que vous me répondiez, parce que moi aussi j’ai des questions, je vais répondre à lui, parce qu’il me les a posées bien avant que vous arriviez. »

Ni l’un ni l’autre ne bronchèrent et un passant aurait pu croire que le temps s’était tout simplement figé, si la fumée ne sinuait pas dans les airs. Absolem n'était pas certain d'avoir envie de répondre à quoi que ce soit, de toute façon. Quant à Styx... Bref !

Absolem écouta donc Mary Alysse, dite Alysse avec un « y » et deux « s », d’une oreille distraite. A le regarder, il semblait s’en foutre royalement, mais ce serait mal connaître le trafiquant. Il enregistrait tout ce qui se disait présentement et il ne l’oublierait jamais. Être la mémoire de Nightmareland avait des avantages comme des inconvénients.

Cette fois-ci, la jeune fille s’adressa à Styx, alors qu’Absolem observait le garçon des pieds à la tête et de la tête aux pieds.

« Pourquoi on est ici ? »

« Parce que vous en avez fait le vœu, mademoiselle. »

« Où se trouve le royaume du Joker? »

Les pupilles d’Absolem s’étrécirent alors que ses yeux ambrés passaient sur la dénommée Alysse. L’information qu’il attendait se trouvait là ; elle voletait depuis cette petite bouche féminine jusqu’à ses oreilles. Le royaume du Joker. Absolem ne put s’empêcher de sourire. Il voulut rire, mais il ne parvint qu’à crachoter un peu de fumée.

La Chenille se tourna de nouveau vers le garçon et il retint difficilement une moue profondément dépitée en le voyant faire des singeries avec ses mains.
Alors qu’il avait esquissé son regard jusqu’ici, le garçon finit par lui poser une question.

« Vous êtes qui ? Il vous a appelé Maitre mais je ne pense pas que ça a la même signification que chez moi… Au fait, si on n’arrive pas à réaliser notre vœu, il se passe quoi ? »

Questions plutôt pertinentes. Ces deux Alice n’étaient visiblement pas des idiots. La fille semblait avoir beaucoup d’aplomb, mais elle sentait la méfiance. Nul doute qu’elle en baverait avec le Chapelier Fou. A moins que ce ne soit l'inverse.
Quant au garçon…

«C’est pas comme si on allait mourir mais voilà, j’aimerais bien rentrer assez tôt… »

… il était complètement à côté de la plaque. Tellement à côté qu’il ne semblait pas éprouver la peur. Il aurait dû. La fille aussi. Enfin, ils avaient tout le temps de connaître ce sentiment pernicieux.

Un lourd silence tomba, brisé par le petit punk qui remonta néanmoins dans l’estime du trafiquant. Au moins, il savait utiliser son cerveau, comme le prouvaient ses multiples questions :

« Qu’est-ce qu’il y a de différent entre le Royaume de Joker et celui de Carreau ? »

Néanmoins, la première question manqua de faire s’étrangler Absolem. Qu’est-ce qu’il y avait de différent ?

« Le bon sens… », souffla la Chenille pour lui-même, irrité à l’idée que l’on puisse confondre son royaume et celui –bordélique- du Chapelier.

« Où se trouve celui de Carreau d’ailleurs ? Et je suis vraiment obligé d’y aller ? »

« Vous n’y êtes pas obligé », répondit Styx. « Mais c’est le seul moyen de retourner chez vous. »

Absolem observait la scène en tant que spectateur. Cela faisait un bon moment qu’il ne s’était pas manifesté de vive voix, se contentant de dévisager chacun d’eux, entre deux bouffées de fumée.

Le garçon se présenta à la jeune fille, avant de demander où se situait le Royaume de Carreau, sous l’œil de Styx qui ne perdait nullement sa patience. Celle de la Chenille, bien plus limitée, ne s’était toujours pas effritée, certainement grâce à l’opium qui absorbait complètement le trafiquant.

En vérité, il était tellement absorbé par ses pensées qu’il ne fit pas attention au silence pesant qui plana soudainement. On pouvait presque entendre le vent souffler, mais Absolem s’amusait à faire des ronds de fumée qui s’envolaient dans les airs sous la forme de larges cercles. Il ne vit donc pas la tête de Styx se tourner vers lui, attendant sans doute qu’il prenne la parole.

La Chenille relâcha finalement une dernière bouffée de fumée dans une longue expiration, avant de briser cette étrange ambiance et ce silence de cathédrale.

« Le vœu détermine le royaume. Et le royaume vous permet de réaliser votre vœu, Kagamine Chikahide. »

Il n’avait pas formulé son nom complet, mais Absolem avait la connaissance. Surtout lorsqu’il s’agissait de son royaume.

Son regard ambré se tourna vers les deux Alice.

« Vous avez formulé un vœu et c’est ce qui vous a conduit ici. Vous ne repartirez pas de cet endroit tant que votre vœu n’aura pas été exaucé. Quant à savoir si vous pouvez mourir… »

Absolem ne mentait jamais. Il omettait parfois des vérités, c’était un fait. Il restait volontairement vague, à sa guise, c’était également vrai. Il ne reconnaissait jamais lorsqu’il avait tort et  préférerait être jeté dans la rivière sans fin plutôt que de le dire, tout le monde le savait.
Mais tous les habitants de Nightmareland s’accorderaient sur un point : Absolem ne mentait pas. Il choisit de révéler la vérité aux deux Alice, avant qu’ils ne s’en rendent compte par eux-mêmes, quoique cette vérité là soit bien cruelle.

« Je suis navré de te décevoir, mon garçon. »

On pouvait mourir dans ce monde. Peut-être pas de la même façon qu’ils l’imaginaient dans le leur. Il y avait des sorts pires que la mort. Mais Absolem se garda bien d'en dire davantage. Le savoir devait se doser, surtout en de tels moments.

Styx jugea bon d’intervenir, reprenant avec un certain empressement son rôle de guide, comme s’il estimait que la Chenille venait de lui voler son travail.

« Le Royaume de Joker est régi par le Chapelier », déclara t-il en se tournant volontairement vers Alice.

« Fou, ajouta la Chenille dans un grommèlement qui laissa échapper une vague de fumée impressionnante.Le Chapelier Fou. »

Styx, qui se trouvait juste à côté du trafiquant, toussota légèrement, tout en balayant d’un geste de la main les volutes, le plus discrètement possible.

« Quant au royaume de Carreau… »

Le Passeur se hasarda à jeter un coup d’œil à l’impassible Absolem.

« C’est moi qui le dirige. »

_________________
Ma Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alysse

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: A Whole new world...   Mar 17 Fév - 16:39

Ce fut au tour de l’adolescent de poser des questions. Je sentais qu’on serait ici pour encore quelques temps.

« Vous êtes qui ? Il vous a appelé Maitre mais je ne pense pas que ça a la même signification que chez moi… Au fait, si on n’arrive pas à réaliser notre vœu, il se passe quoi ? »

Enfin, on allait peut-être apprendre quelque chose d’intéressant. Moi personnellement, ça ne me dérangeait pas trop de rester dans un autre univers. Tant que j’étais débarrassée de l’ivrogne qui me servait de paternel, ça m’allait.

«C’est pas comme si on allait mourir mais voilà, j’aimerais bien rentrer assez tôt… »

Un silence s’installa peu à peu. Je sentais qu’ils ne nous répondaient pas immédiatement, parce que peut-être avait-il tort. Si on pouvait mourir, je devais redoubler de prudence, la mort semblait m’aimer tout particulièrement, surtout depuis que j’étais «tombée» du 2e étage lorsque j’étais enfant.

« Qu’est-ce qu’il y a de différent entre le Royaume de Joker et celui de Carreau ? »


« Le bon sens… »

Il parla tout bas, plus pour lui-même, mais j’entendis quand même cette petite remarque. Je ne sais pas ce qu’il veut dire par là, mais j’avais l’impression que je n’allais pas tarder à le découvrir.

« Où se trouve celui de Carreau d’ailleurs ? Et je suis vraiment obligé d’y aller ? »

« Vous n’y êtes pas obligé. Mais c’est le seul moyen de retourner chez vous. »

L’adolescent se tourna vers moi et dit :

« Alysse~chan, c’est ça ? Je suis Hide. »

C’était un surnom?
« Le vœu détermine le royaume. Et le royaume vous permet de réaliser votre vœu, Kagamine Chikahide.»

Il semblait en effet qu’il s’agissait d’un surnom. Mais s’il préférait qu’on l’appelle Hide plutôt que Chikahide, je comprenais parfaitement et j’allais certainement respecter son souhait.

« Vous avez formulé un vœu et c’est ce qui vous a conduit ici. Vous ne repartirez pas de cet endroit tant que votre vœu n’aura pas été exaucé. Quant à savoir si vous pouvez mourir… Je suis navré de te décevoir, mon garçon. »

Maintenant, j’en avais la confirmation. On pouvait mourir. Étrangement, je n’étais pas plus effrayé que ça. Je repensai à nouveau à ce moment de mon enfance. Mourir, ce n’était pas si mal... et j’étais certaine que cela ne m’effrayait pas.

« Le Royaume de Joker est régi par le Chapelier »dit la pâle imitation de Voldemort en se tournant vers moi.

Super, le chef est un maniaque de chapeau...

« Fou, Le Chapelier Fou. »

Cette précision... Il semblait grandement plaire à Absolem de me le dévoiler. Donc, j’allais peut-être finalement terminer à l’asile qui sait?

« Quant au royaume de Carreau… »

Le passeur jeta un coup d’œil au fumeur d’opiacé. Ce n’était pas très subtile leur truc. Définitivement, c’est...

« C’est moi qui le dirige. »

Pauvre Hide, j’espérais qu’il n’était pas trop influençable, il semblait être un bon garçon, tout de même. Tant qu’il ne touchait pas à de drôles de trucs qu’Absolem pourrait lui offrir...

-Merci, monsieur. Autant que vos explications ont le mérite d’être claires et concise...

Je lançais un vague regard en direction de Voldemort. Des paroles en énigmes, ça m’irritait. Je continuais :

-Quels sont les autres royaumes? Mais surtout, qu’est-ce qui caractérise chacun d’eux? Je veux dire, quel genre de vœu est-ce qu’on doit faire pour tomber dans l’un ou l’autre des différents royaumes?

Je voulais savoir, mais je me demandais si en réalité, je devrais tout découvrir par moi-même...

Le Passeur répondit:

-Jamais aucun Alice n'avait osé poser ce genre de questions auparavant...

Je rétorquais, du tac au tac:

-Il y a toujours une première fois à tout, pas vrai?

Il se tourna en direction du chef du Carreau. Il ne semblait pas certain à savoir s'il avait le droit de communiquer de tels informations. Je n'aurais sans doute pas mes réponses immédiatement. Quelque chose traversa soudainement mon esprit. J’hésitais entre poser la question qui me triturait l’esprit à Absolem ou au Passeur. J’optais pour la poser dans le vide, sans m’adresser réellement à l’un ou l’autre. Étonnant, cette méthode réussissait plutôt souvent, quelqu’un finissait toujours par me répondre.

Même à l’école, je préférais passée mon temps seule et les professeurs avaient fini par abandonner leurs tentatives pour me rendre sociable. Même lorsqu’on me posait une question dont je savais la réponse, je préférais toujours me taire. Je ne répondais que lorsque c’était absolument nécessaire.
J’avais appris à me fondre dans la masse et même si on me regardait, on finissait toujours par oublier ma présence. C’était pratique lorsque tu revenais en classe le lundi et que tu étais couverte d’hématomes... Donc, lorsque je voulais savoir quelque chose, je me le posais à voix haute, parmi le brouhaha d’élèves et quelqu’un me répondait, sans savoir à qui exactement il parlait.

Mais ici, je sentais que si je ne jouais pas le jeu, je ne m’en sortirais pas. Et mon instinct ne me trompait que rarement. Enfin, c’est ce que je croyais. Il m’avait déjà sortit de quelques situations périlleuses, mais d’autre fois, je m’étais retrouvée dans la mouise jusqu’au cou.

-Qu’est-ce qu’il faut faire pour que notre vœu se réalise?

C’était une question simple, directe et j’attendais une réponse tout aussi clair, mais j’avais le sentiment qu’on tenterait encore de me répondre par énigme.

J’espérais juste qu’on ne serait pas balancé dans une arène, un peu comme des gladiateurs, royaume contre royaume. Je n’avais pas réellement envie de blesser personne.

-Et hum... Vous ne m'avez toujours pas répondu à savoir, où se trouve le royaume du Joker? Ah oui et aussi, j'aimerais bien savoir c'est quoi cette histoire de ressembler ou pas à quelqu'un?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A Whole new world...   

Revenir en haut Aller en bas
 
A Whole new world...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alice in Nightmareland :: Chapter Two : In Nigtmareland :: La ville des Songes :: Le palais des Glaces-
Sauter vers: